• Le Diocèse
  • Les Congrégations
  • Les Congrégations Masculines
  • Compagnie de Jésus (s.j.)

Compagnie de Jésus (S.J.)

Le charisme des jésuites, né de la vision de leur fondateur, est de former des groupes d’apôtres passionnés de l’Évangile et disponibles pour toute forme d’évangélisation partout où le pape les enverrait. C’est ainsi qu’ils sont présents dans les domaines de la défense et de l’approfondissement de la foi, de l’animation spirituelle, de la recherche théologique, et surtout dans l’annonce de l’Évangile dans les pays de mission. Ils sont également actifs dans l’éducation des jeunes, dans la recherche intellectuelle, dans le service des plus pauvres et dans le travail social.

  • Aujourd’hui les champs apostoliques des jésuites à Maurice se concentrent autour :
  • du service d’accueil, d’écoute et d’accompagnement spirituel à la Résidence Saint-Ignace
  • de l’annonce de l’Evangile à travers des retraites ainsi que des formations spirituelles et bibliques
  • du suivi de la Communauté de Vie Chrétienne (CVX)
  • du ministère paroissial (soit à plein temps soit à temps partiel)
  • de la pastorale des jeunes (de type MEJ, Magis).
  • Supérieur
    Père Patrice de La Salle, s.j.

  • Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

  • Résidence Saint-Ignace
  • Rue St Ignace,
    B.P. 96, Rose-Hill 71367

  • Tel: 464-2179

  • Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Chronologie

1540

Fondation canonique de la Compagnie de Jésus. Elle prend le nom de Societas Jesu. Ses membres, des prêtres ou des frères, s’appelleront Compagnons de Jésus, ou Jésuites.

Première trace historique de la présence des jésuites à l’île Maurice. Quatre jésuites, partis de Goa pour aller évangéliser Madagascar, firent escale dans les parages de Vieux-Grand-Port. Ils y débarquèrent, firent une grande excursion dans les environs, et célébrèrent au moins une messe à terre, sous le feuillage épais d’un grand arbre. Leur supérieur, le père Manoël d’Almeida en a fait le récit dans un langage fleuri et enthousiaste.

1616

1856

Deux autres jésuites, les pères Laurent Ailloud et Émile Laffont, débarquèrent à Maurice, venant de la Réunion, à la demande de Mgr William Bernard Allen Collier o.s.b. (1802-1890), évêque de Port-Louis, pour fonder à Port-Louis un collège et un externat, qui prend le nom d’Institut d’éducation. Mais l’établissement ferma ses portes en 1858 après 18 mois de fonctionnement.

La présence permanente des jésuites à l’île Maurice commence avec l’arrivée des pères Laurent Puccinelli (1805-1872), d’origine italienne, et Francis Roy (1825-1881), un brahmane indien converti au catholicisme, pour installer une mission indienne dans le diocèse après des années de labeur missionnaire dans le sud de l’Inde. Ils s’installèrent tout d’abord au Faubourg de l’Est, à Saint-François-Xavier à Port-Louis.

1861

1873

D’autres jésuites, la plupart anciens missionnaires de Madagascar, arrivèrent de la Réunion et fondèrent la Résidence du Sacré-Cœur à la rue Bourbon à Port-Louis. Elle fut inaugurée, et sa chapelle consacrée par Mgr William Benoit Scarisbrick o.s.b. le 20 juin 1873, en la fête du Sacré-Cœur. Les jésuites seront sollicités pour animer des missions paroissiales de la fin du 19e siècle.

Les jésuites de l’île s’installent à la Résidence Saint-Ignace à Rose-Hill, avec la prise en charge de la nouvelle paroisse de Notre-Dame-de-Lourdes à la demande de l’évêque, Mgr Léon Meurin s.j. Désormais, la Résidence Saint-Ignace sera la base de toutes les activités des jésuites dans le diocèse. La paroisse Notre-Dame- de-Lourdes restera entièrement confiée aux jésuites jusqu’en 1956. Ils seront également actifs dans d’autres paroisses, et animeront divers mouvements et associations de formation.

1890

1930

Encouragés par Mgr James Leen, c.s.sp, les pères Étienne Munch s.j., Albert Lebeau s.j et Hippolyte Chanut s.j., tous venus de l’Inde, et le père Alexis Koenig s.j, un Mauricien, relancent vigoureusement la Mission indienne.

Mgr Daniel Liston, c.s.sp accueille le père Émile-Marie Vandewalle s.j. expulsé de Chine. Il va consacrer ses dernières années, avec l’aide d’autres prêtres et de catéchistes chinois, à redonner vie à la Mission catholique chinoise.

1950

2022

A la Résidence Saint-Ignace, la communauté jésuite de Maurice compte 9 membres, dont 8 prêtres et un scolastique.

Georges Cheung s.j., Claude Espitalier-Noël s.j., José Minien s.j., Antoine
Venkalapati s.j., Louis Sylvain Victoire s.j., Régis Wan Sai Cheong s.j. – prêtres mauriciens
André Hebditch s.j., Patrice de La Salle s.j. – prêtres français

De plus, un jésuite mauricien est en mission à Madagascar, un autre travaille à La Réunion, deux sont en activité en France, le plus jeune est scolastique, il se forme au centre Sèvres (Universités Jésuites de Paris).

1540

Fondation canonique de la Compagnie de Jésus. Elle prend le nom de Societas Jesu. Ses membres, des prêtres ou des frères, s’appelleront Compagnons de Jésus, ou Jésuites.

1616

Première trace historique de la présence des jésuites à l’île Maurice. Quatre jésuites, partis de Goa pour aller évangéliser Madagascar, firent escale dans les parages de Vieux-Grand-Port. Ils y débarquèrent, firent une grande excursion dans les environs, et célébrèrent au moins une messe à terre, sous le feuillage épais d’un grand arbre. Leur supérieur, le père Manoël d’Almeida en a fait le récit dans un langage fleuri et enthousiaste.

1856

Deux autres jésuites, les pères Laurent Ailloud et Émile Laffont, débarquèrent à Maurice, venant de la Réunion, à la demande de Mgr William Bernard Allen Collier o.s.b. (1802-1890), évêque de Port-Louis, pour fonder à Port-Louis un collège et un externat, qui prend le nom d’Institut d’éducation. Mais l’établissement ferma ses portes en 1858 après 18 mois de fonctionnement.

1861

La présence permanente des jésuites à l’île Maurice commence avec l’arrivée des pères Laurent Puccinelli (1805-1872), d’origine italienne, et Francis Roy (1825-1881), un brahmane indien converti au catholicisme, pour installer une mission indienne dans le diocèse après des années de labeur missionnaire dans le sud de l’Inde. Ils s’installèrent tout d’abord au Faubourg de l’Est, à Saint-François-Xavier à Port-Louis.

1873

D’autres jésuites, la plupart anciens missionnaires de Madagascar, arrivèrent de la Réunion et fondèrent la Résidence du Sacré-Cœur à la rue Bourbon à Port-Louis. Elle fut inaugurée, et sa chapelle consacrée par Mgr William Benoit Scarisbrick o.s.b. le 20 juin 1873, en la fête du Sacré-Cœur. Les jésuites seront sollicités pour animer des missions paroissiales de la fin du 19e siècle.

1890

Les jésuites de l’île s’installent à la Résidence Saint-Ignace à Rose-Hill, avec la prise en charge de la nouvelle paroisse de Notre-Dame-de-Lourdes à la demande de l’évêque, Mgr Léon Meurin s.j. Désormais, la Résidence Saint-Ignace sera la base de toutes les activités des jésuites dans le diocèse. La paroisse Notre-Dame- de-Lourdes restera entièrement confiée aux jésuites jusqu’en 1956. Ils seront également actifs dans d’autres paroisses, et animeront divers mouvements et associations de formation.

1930

Encouragés par Mgr James Leen, c.s.sp, les pères Étienne Munch s.j., Albert Lebeau s.j et Hippolyte Chanut s.j., tous venus de l’Inde, et le père Alexis Koenig s.j, un Mauricien, relancent vigoureusement la Mission indienne.

1950

Mgr Daniel Liston, c.s.sp accueille le père Émile-Marie Vandewalle s.j. expulsé de Chine. Il va consacrer ses dernières années, avec l’aide d’autres prêtres et de catéchistes chinois, à redonner vie à la Mission catholique chinoise.

2020

A la Résidence Saint-Ignace, la communauté jésuite de Maurice compte 10 membres dont 9 prêtres et 1 scolastique. Georges Cheung s.j., Claude Espitalier-Noël s.j., José Minien s.j., Antoine
Venkalapati s.j., Louis Sylvain Victoire s.j., Régis Wan Sai Cheong s.j. – prêtres mauriciens
André Hebditch s.j., Christophe Kerhardy s.j. – prêtres français
John Michael, Viyagiappan s.j. - prêtre indien. De plus, un jésuite mauricien est en mission à Madagascar, un autre travaille à La Réunion, deux sont en activité en France, le plus jeune est scolastique, il se forme au centre Sèvres (Universités Jésuites de Paris).